« En regardant Andok »… En mémoire de Ghazar Sargsyan, l’un des descendants des lignées royale et sacerdotale des Haykazuns

  • by Western Armenia, juillet 05, 2023 in Hayapatum
157 vues

Vous trouverez ci-dessous un témoignage de l'importance exceptionnelle de Ghazar Sargsian, un descendant des lignées royale et sacerdotale des Haykazuns, depuis l'époque de la lutte menée par les braves et indomptables citoyens Sassoun et le peuple Mshetsi en 1915, lorsque les habitants du Taron ont mené des batailles héroïques d'autodéfense pendant sept mois, presque sans armes...

Brisé par la douleur insupportable de la séparation d'avec la patrie, le jeune Hayordi commémore la mémoire de millions de ses proches, des années plus tard, en 1939, dans le magazine "Taroni Artziv" (numéro 12), il publie ses mémoires réfléchies de ces années fatidiques, présentant des épisodes de la résistance héroïque des Hayordi épris de liberté, les défenseurs de Sassoun.

Les souvenirs, accompagnés de quelques photos, nous ont été fournis à partir des archives personnelles par le petit-fils de l'auteur, du même nom, Ghazar Sargsyan, Kurm Mihr Haykazun, soulignant le rôle des montagnes arméniennes et, surtout, les bons conseils de la montagne Andok pour les Haykazuns (comme lieu de transmission de l'Education Nationale).

LES SOUVENIRS AMERS DE MA VIE

Rasho avait l'habitude de dire qu'il n'y avait pas d'étrangers dans notre village. Il y avait trente-deux maisons, toutes d'un même père, divisées en trois classes supérieures - les maisons Mkre, les maisons Krpe, les maisons Malo.

Je suis né en 1902. Les événements fatals pour ma vie ont déjà commencé en 1903. A cette époque, l'armée turque assiégeait notre village. Mon père, Manuk Sargisian, est arrêté comme feday et, après avoir été emmené à Mush, il finit par endurer de longues et dures souffrances, il est condamné à 101 ans de prison et sera envoyé à Baghesh. Au bout d'un an, le soulèvement général du Sassoun en 1904 commence. Les villageois mettent le feu à toutes leurs maisons et gravissent le Kelikuzan jusqu'à la chute de Sassoun. Ma mère m'a grondé ainsi que mon frère aîné, on a suivi les gens, et après des mois de souffrance et d'errance dans les montagnes, nous sommes descendus dans la plaine de Mush, où une partie du peuple du Sassoun vaincu a trouvé refuge. Mon grand-oncle, Mkro, reste dans la montagne, continuant le combat contre les Turcs. Lui, Tone et Khurshut, finiront par traverser la route menant à Kurtik et vivront pendant des jours dans la forêt qui porte le nom de Danelni. Un autre jour, après avoir été trahis par les Kurdes de Tapik, ils furent assiégés par l'armée.

Il se battra jusqu'à la dernière balle. Tone et Khurshut sont tués, Mkro est capturé vivant. Ils prennent un village et se pendent de souffrances infernales à la grande barre qui se dresse devant nous, jambes en l'air, tête en bas, et dans cette position ils sont cloués à l'arbre. Après trois jours, les amis transporteront le corps de Mkro, ils apporteront également les corps de Tone et Khurshut et les enterreront près de l'église St.  Stepannos à Nakhavkai.

Mon père est en prison, mon oncle a été martyrisé d'une manière terrible, la maison natale a été incendiée, le peuplier, soigné par nos pères, taché de sang,  le seul soutien de notre famille, ma mère, avec toute cette douleur, avec ses deux enfants, détruit les villages de la plaine...

Et même aujourd'hui, j’attends ces jours-là! Que les habitants de Sassoun retournent dans leurs villages détruits sur ordre du gouvernement turc.

Avec des flots de larmes, ma mère reconstruirait sa maison pour ses fils.

Les temps ont passé. Avec le pouvoir de la douleur et du bonheur, nous avons grandi sous la garde de notre mère et sous l'égide du peuplier de mon oncle. Un autre jour, la constitution a été votée et mon père est sorti de prison. Au bout de quelques jours, nous avons reçu des invitations des villages du domaine. Les amis de prison de mon père nous ont appelés. Tskhavai Harut, le glorieux fils de Taron, était l'un d'entre eux. Nous descendîmes sur la plaine. Nous avons d'abord été accueillis au village de Pashkhaldagh, puis nous sommes passés par Goma, Sulukh, Tskhau, Auran, Derek. Ma mère est restée avec mon frère aîné dans la maison de Harut, Tskhau.

Mon père, après m'avoir montré, est retourné à Sulukh. Notre redressement a duré deux mois. Il n'y avait aucune envie de retourner au village. Nous nous sommes à peine débarrassés de nos nobles hôtes.

Enfin nous sommes retournés au village. Petit à petit, notre économie s'est améliorée. Nous sommes redevenus chez nous, mais pas de la même façon qu’au passé.

Des écoles ont été ouvertes dans les villages de la plaine et du Sassoun. J'ai étudié à l'école de notre village pendant trois ans. L'enseignant était notre chef de village Ohan Amroian, descendant de S. Karapet.

J'ai à peine fini l’étude de la « Langue maternelle, première année » où la guerre mondiale a éclaté.

La guerre russo-turque a commencé et des rumeurs de désarmement et de destruction de soldats arméniens ont été entendues. Le désir de s'armer était intense, mais il n'y avait pas d'armes. Il a à peine réussi à amener trois cents "Yunan Mauzers" et à distribuer 50 balles aux habitants de Sassoun, pour 7 pièces d'or chacune. Notre village avait 30 maisons et 100 hommes armés, mais nous n'avions que 7 fusils. Au cours de l'hiver 1915, de tristes nouvelles ont commencé à être entendues du terrain. L'inexistence d'armes et de munitions ajoutée à ces rumeurs, les habitants de Sassoun n'étaient que furieux. Certains, emportés par l'espoir de la venue des Russes, continuaient l'attente meurtrière, prêchant la patience au peuple.

L'été est arrivé... l'été noir de 1915.

Les Turcs, bien sûr, avaient peur de la rébellion arménienne guerrière de Taron. Pour Ator, ils ont fait semblant d'être indifférents au monastère d'Arakelots et aux événements de Gomsai. Les gens à l'extérieur de Taron ne savaient pas ce qui se passait. Pendant ce temps, pendant les mois d'avril et de mai, les Arméniens des autres provinces ont été déplacés et Van s'est également révolté et a été libéré. Un jour ou deux plus tard, la terrible nouvelle est parvenue à Vardavar - le champ a été détruit et Kotoyan mène une bataille désespérée dans la ville de Hachi Yakob.

Nous avons entendu dire que des groupes arméniens essaieront d'aider les combattants de Mush du côté de Kurtik. Mais ils n'y parvinrent pas, car les Turcs avaient coupé à l'avance toutes les routes menant de Sassoun à Mush.

L'armée était au complet jusqu'à la source Ghezelziarat et Mirzagh. Tout était déjà perdu et Sassoun était également assiégé. L'armée entière et les tribus kurdes se sont précipitées à Sassoun des quatre côtés, l'armée de Kurtik et les Kurdes de Tapkay et Talvorik.

La bataille a commencé... Le commandant Isron (Koryun) est allé à Shekhusif Ziarat, après Kurtik à Tapik, ou Kop. Au matin, tous les villages étaient occupés. Nous sommes allés à Gbresor. Les forces armées tenaient les lignes nécessaires.

Le lendemain, un combat acharné s'engage.

L'armée a atteint le village de Shenyk. Dans la soirée, les Turcs pénètrent dans le bâtiment et y mettent le feu, avançant vers Semal. Arméniens et Turcs se mêlent dans le village et se battent férocement dans les flammes du village en flammes. La nuit, les gens rassemblés sur les hauteurs regardent cette scène terrible, se dirigeant vers Grekol.

L’aurore apparut, les gens ont commencé à aller à Antok. Les forces combattantes sont restées dans les positions de Grecol.

La montagne est déjà assiégée par les troupes de Mush, Tigranakert et Chapagjur, et les troupes kurdes doublent à chaque instant. Ils rassemblèrent le peuple et revinrent de Geghash.

... Le gouvernement a émis un ordre selon lequel ceux qui éloignent les Arméniens des émigrants arrivants seront punis de mort s'ils ne se rendent pas. Beaucoup ont passé l'année, en étant protégé. Cinq printemps sont passés ainsi sans encombre.

Un jour, en rentrant chez moi, ils m'ont dit : « Regarde au-dessus de ta tête. Une nouvelle ordonnance stricte a été émise, nous ne pourrons plus vous garder. Nous sommes obligés de passer la main au gouvernement."

Sur ces mots, ils m'ont montré la porte. Ce jour-là, je suis resté sur la montagne jusque tard dans la soirée. Je suis descendu en ville la nuit. Il y avait un garçon du village de Shushnamerk, mon compatriote, près d'un cottage de Mush. Je suis allé vers lui. Je lui ai conseillé de fuir vers Mush. Nous étions en route, nous avons marché jusqu'au soir. Au matin, nous avons atteint déjà la colonie de Golomé. Les Kurdes chantaient, et je me suis tourné vers la salle de prière, en étirant mes jambes, pour sortir la croix et dire un dernier "adieu" à la Patrie, toutes les tortures que j'ai subies, les horreurs que j'ai vues, d'un côté, à ce moment-là , quand j'ai vu le champ mystérieux de Taron et ses environs, leurs immenses sommets, le Sipan illuminé de soleil, Nemrut, Grgur, tous les secrets de l'univers, tous les secrets de la vie se sont transformés en douleur de séparation et m'ont tellement écrasé le cœur autant que j'étais sur la rivière engloutie... Aujourd'hui, il n'y a plus de Sassoun mythique, plus de saints puissants et de gens légendaires du monde du Taron...

Comment se fait-il que nos saints nous aient liés les mains au lieu de l'ennemi ? Mais nous avons vu des batailles épiques et la mort héroïque d'un peuple désarmé dont l'esprit était invincible et dont la main était vide.

Qu'aurait pu faire le peuple héroïque du monde du Taroh, s'il n'y avait pas eu de dirigeants qui les aient maintenus dans un état de désarmement.

Je vois une terrible contradiction entre le dénouement des événements et la capacité de l'esprit du peuple.

Nous n'étions pas une race mortelle, mais nous nous sommes réduits en cendres.

Et cette grande tragédie m'a poussé à ÉCRIRE MES EXPÉRIENCES.

https://karineavetisyan.am/archives/5739

Ghazar Sargsian